Belfort, Championnat de France d’Échecs

L’arrivée à Belfort fut un peu fatigante, le voyage long, en train couchette, n’étant pas aussi calme que la pub de Lunea l’annonce... Ces trains de vacances sont bondés, réservés jusqu’à la gueule, et des tas de gens cherchent à rentrer chez eux... avec ou sans billet...
Arrivé sur place un temps magnifique, un hôtel confortable, une ville accueillante et assez jolie.

La salle de tournoi agréable, peut-être un peu bruyante pour les salles qui donnent sur le couloir central, mais la salle du National est très belle et accueille les deux nationaux.

Première ronde :

Ronde piège pour laquelle j’avais beaucoup d’appréhension avant la partie... Je joue très mal... Je finis par obtenir une position archi perdante... Mon adversaire a passé beaucoup de temps, en zeitnot je vois qu’il choisit le bon plan... Sa tour rentre dans mon camp. Mais je sens qu’il hésite. Ah ? Il n’a pas vu que s’il échangeait la Tour le roi ne pouvait plus se rapprocher du pion ? La Tour fait échec puis va attaquer le pion, je reviens avec mon roi défendre, re-échec... et cete fois la Tour fait échec sur la bonne case... je bouge mon roi, va-t-il échanger ? Non ! Je note mon coup, arrête la pendule et appelle l’arbitre. Nous reconstituons la partie et il y a bien eu trois fois la position...
Partie nulle... Correctionnelle évitée pour cette fois-ci !

Deuxième ronde :

Je joue contre un gars classé 1850, mais qui a un nom "yougo" comme on disait il y a quelques années. Il joue dans le style caractéristique yougo, début rampant, pas de faiblesses, pas de risques...
J’ai bien l’impression d’avoir complètement égalisé dans le milieu de partie. Je me suis débarrassé de mon pion d6 faible, j’ai les Tours actives sur les colonnes ouvertes. En échange il a une paire de cavalier monstrueuse au milieu de l’échiquier ainsi qu’un fou b2 qui tape sur mon roque... On échange les dames, et une fois les dames échangées il joue les coups à tempo. Je finis par craquer en donnant le pion f5 gratuitement... Ensuite il joue très très bien ses pièces. Rien à dire. J’abandonne un peu avant le mat...

Après j’ai pris un verre avec une des figures de ce championnat de France : César Boutteville, impressionnant du haut de ses 93 ans.

Et à deux sur deux dans l’Open A !! Merci à Anne d’avoir pris la photo.
César a raconté ses anciennes parties, on l’a questionné sur pourquoi il n’y avait pas eu de championnat de France, et il a parlé de Madame Chaudé qui tenait le fameux cercle d’échecs Caïssa.

Troisième ronde :

Mon adversaire du jour est un peu nerveux en début de partie : il joue son coup avant que je n’ai appuyé sur la pendule ! J’ai fini par ne pas appuyer et il s’est trouvé tout bête avec sa pièce sur l’échiquier et moi qui était prêt à appuyer mais ne l’avait pas encore fait :)

Après avoir joué l’ouverture à tempo il se plonge dans une réflexion de 40mn après 18.Cc4. Dans ma base ce coup a été joué trois fois, avec deux victoires pour les blancs contre une pour les noirs.
J’obtiens une bonne position mais je joue l’anti-positionnel f4, à la suite de quoi mon adversaire répond 24... Ce4 que j’avais oublié, et me propose nulle. A mon tour de me plonger dans un calcul de trente minutes. Je refuse et joue pour le gain. La combinaison est bonne, il ne peut pas tenter de gagner le pion g3 avec fourchette sur Dame et Tour et il ramène son Cavalier en e6. Ensuite je dois faire des coups imprécis...

Nous finissons par arriver en finale de Dame, où je centralise ma Dame et finit par gagner. Mais était-ce vraiment gagnant une fois que j’ai centralisé ma Dame en e5 ? No se.

Quatrième ronde :

Le matin visite de la citadelle. Très jolie promenade. Il faut y retourner avec un appareil photo, et aller voir le Lion !

Aujourd’hui j’ai eu l’impression que mon adversaire avait bien joué l’ouverture. Il avait une Dame centralisée en d4 dès le début de la partie, et j’étais obligé de faire très attention.
Son avance de pions à l’aile Dame fait peur... mais est-elle vraiment dangereuse ? Ne créée-t-elle pas des faiblesse ? En fait il y a quelques variantes ou les blancs peuvent se créer un pion passé mais cela laisse aussi la colonne d faible.
Je pousse mes pions centraux et gagne des temps sur la Dame blanche. Il cherche refuge à l’aile roi... mauvais côté, quelques coups plus tard la Dame est coincée et les blancs abandonnent.

2,5/4 : je reviens dans le tournoi :)

Rondes 5 et 6

Petit Roque (0-0) contre deux jeunes. Sur la première partie je ne joue sans doute pas les meilleurs coups dans l’ouverture mais ensuite je me plante complètement de plan. Quand je rentre ma Tour en 7ème ce doit bien quand même être un petit avantage pour moi ! Mais Dd3 et surtout g4 compromettent complètement ma position.
Le lendemain, je me lève avec un mal au ventre terrible qui me dure jusqu’au lundi. La concentration n’est pas au top. En fait dans la partie je finis par oublier la douleur mais il est trop tard... la position est trop compromise. La partie se termine très rapidement.

Assemblée générale.

Le jour de repos n’en est pas vraiment un puisqu’il y a l’assemblée Générale Extraordinaire FFE. Vite expédiée nous entérinons nouveaux statuts et autres documents importants, puis un débat informel s’instaure sur différents sujets importants pour le développement des échecs.

Puis c’est la conférence de presse avec Karpov et Spassky ou Spassky annonce son soutien à Iljuminhov !! Au moins une conférence de presse qui n’aura pas ronronné...

Septième ronde :

Il faut revenir dans le tournoi ! Déjà il est impossible que je fasse aussi bien que l’an dernier !

Alors je reste concentré malgré l’avantage pris dès le début. Aurais-je pu être plus incisif ? Mon adversaire aurait sans doute pu se défendre de façon plus active...

Rondes 7 et 8

Perte à la ronde 7 avec les noirs. Je tentais de changer d’ouverture, j’ai joué quelque chose que je ne connaissais pas, ai joué tous les coups inférieurs, et ai logiquement perdu.

Ronde 8 contre le jeune Robin, je suis satisfait de l’ouverture, mais j’ai peut-être tort, parce que s’il ne m’avait pas abandonné la colonne d et avait joué Td3 au lieu de De2, puis Cd5, c’était beaucoup plus difficile à jouer. Ensuite j’ai tort d’échanger les Dames, c’est plus compliqué à jouer. Mais la fin est assez amusante avec mes cavaliers qui reviennent protéger mon pion b6 :)

Dixième ronde :

Une jolie partie. Je vois un fantôme dans l’ouverture : j’imagine le pion e5 doué d’ubiquité et capable de prendre en f4 puis en d4 !! Ce délire m’amène à échanger en e5 ce qui facilité la tâche des noirs. Mon adversaire joue l’ambitieux grand roque mais se trompe et joue son Cavalier en c5 au lieu de jouer son Fou, ce qui lui assurait au moins l’égalité. Les pièces noires s’embouteillent et je lance l’attaque sur le Roque.
L’échange des Dames est aussitôt accepté par mon adversaire en zeitnot, mais il n’y a là aucun soulagement, au contraire : la domination du Cavalier sur le Fou est encore plus sensible et le réseau de mat encore plus fort...

- Blanc : ...
- Noir : ...
- Résultat : ...
- Évènement : ...
- Date : ... / Ronde : ...
Documents
>
Parties
>
Détails
Fichiers PGN disponibles:
belfort-2.pgn
Voir Blanc Noir Res.

Portfolio